Et si laisser faire suffisait ... ?



C'est la rentrée et son flot de re (prendre les transports, mettre au travail, faire attention aux gestes, nouer avec soi, les autres, répéter, apprendre...) qui s'annonce.

On a beau y faire c'est toujours la même chose. Une petite boule au ventre, un petit serrement de gorge... le corps s'exprime.

Particulièrement cette année où tout s'est enchainé, déchainé, associé, dissocié parfois trop vite.

Ca donne le tournis, là encore le corps.

Les vacances et puis cette satanée météo qui ne joue pas le jeu. Mauvais temps, et donc de nouveau retour au corps... alourdi, déçu, on a peine à y croire il va falloir reprendre et se remettre en mouvement.

Sans trop savoir où l'on va avec cette pandémie.

Continuer à prendre soin de soi, des siens et des autres. Le corps encore et encore.

Comme le dit si bien Spinoza "l'esprit comme la conscience qu'on a de son propre corps".

Et si tout partait d'abord du corps ? Si le corps était avant la pensée?

Si dans une boucle vertueuse il restait souhaitable d'interroger le corps dès que la pensée arrive.

François Roustang dans ses deux excellents ouvrages que sont :









évoque très précisément ce ré-apprentissage nécéssaire et fondamental.

"Pour agir le corps doit faire taire la parole l'explication consciente. Cela ne ne signifie pas que l'esprit a disparu.Il est devenu corps vivant, car le corps est esprit et c'est pour cela qu'il pense à bon escient. Le langage doit succéder à la pensée du corps. Donner à notre présence en corps une force et une simplicité qui suffisent pour faire passer le comprendre dans le faire silencieux qui transforme.

La maladie est celle d'un corps qui voudrait devenir automate, passif, et qui aspire à l'inconscience et à l'amnésie, qui se renie comme corps humain, lequel ne se soutient que de la pensée. La guérison passe par la parole, le contact, le geste et l'espace d'un autre corps qui réveillera ce qui est là depuis toujours. rendre au corps sa sensorialité, sa corporéité, ses humeurs et son langage. Esprit et corps unifiés."


"Je tiens toute démarche qui part de la réflexion de l'esprit sur lui même pour stérile et que sans fil conducteur du corps, je ne crois à la stabilité d'aucune recherche" ces paroles sont de Friedrich Nietzsche.. il savait de quoi il parlait à propos du corps...



L'hypnose comme solution de relation. Comme écoute du corps.

Comme vecteur de cette boucle vertueuse entre l'esprit et le corps, le corps et l'esprit.

L'hypnose afin de se détacher des habitudes de penser, de sentir et d'agir...

La tempête peut agiter la surface de l'océan sans qu'il soit nécessaire pour le fond d'oublier son silence et son calme.

Juste revenir au corps et laisser faire...

Le corps sait tout déjà et depuis longtemps.

Le corps a son propre langage.

L'hypnose se propose ainsi de renouer avec le corps. De reprendre possession de soi.

Pour aller vers l'autre.




A suivre .....(c'est quoi l'Hypnose)

23 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout